Aller au contenu
Partagez

Qu’est-ce que l’hypothalamus et l’hypophyse ?

hypothalamus, hypophyse, cerveau, tête

L’hypothalamus est une partie du cerveau constitué de neurones ayant une fonction endocrine ou sécrétoire. C’est à dire que, contrairement aux autres parties du cerveau constituées de neurones qui libèrent des neurotransmetteurs au niveau des synapses, l’hypothalamus fabrique une hormone. Cette hormone est la GnRH , ce qui veut dire littéralement : Hormone qui Relâche de la Gonadotropine. Elle est aussi appelée aussi LHRH : Hormone qui Relâche des Hormones Lutéinisantes, c’est à dire qui agissent sur les gonades (testicules ou ovaires).

La GnRH, une fois libérée va agir sur l’hypophyse, aussi appelée glande pituitaire. En recevant cette hormone, l’hypophyse va a son tour produire de nouvelles hormones qui vont être envoyées dans tout le corps. En effet, l’hypophyse est le centre de commande endocrinien principal et essentiel du corps humain. C’est lui qui régule entre autre, la pigmentation, la croissance, la thyroïde, les glandes surrénales, et biensûr la sexualité.

hypophyse et hormones sécrétion hormones de croissances organes prolactine seins lh fsh ovaires testicules acth glande surrénales thyroïde tsh reins vasopressine ocytocine utérus

Le rôle de l’hypophyse dans la sexualité masculine

Le lobe postérieur de l’hypophyse sécrète notamment l’ocytocine qui a chez l’homme deux fonctions principales : 

  • un rôle cérébral. L’ocytocyne qu’on peut qualifier d’hormone de la confiance ou de l’attachement permet de créer et maintenir le lien social et surtout l’attachement conjugal. Cette hormone permet aussi de canaliser le stress en freinant le cortisol ; 
  • un rôle sexuel. Elle permet l’érection et l’éjaculation par la contraction des muscles du pénis
hypothalamus hypophyse schéma régulation gnrh testicules cellules intersticielles tubes séminifères testostérone spermatozoïdes

Le lobe antérieur quant à lui sécrète de manière permanence, avec un ou deux pics par jour, la FSH et la LH qui vont agir sur les testicules : 

  • FSH, hormone folliculostimulante, entraîne la production de spermatozoïdes par les tubes séminifères.
  • LH, hormone lutéinisante, entraîne la synthèse de testostérone par les cellules interstitielles aussi appelées cellules de Leydig.
Lire aussi  Anatomie de l'appareil reproducteur féminin

Il existe un système très fin de régulation des hormones par rétrocontrôle entre les testicules, l’hypophyse et l’hypothalamus. En recevant l’information du taux de testostérone qui circule dans le sang, l’hypothalamus et l’hypophyse sécrètent plus ou moins d’hormones afin de réguler ce taux. 

À noter

Comme toutes parties du cerveau, l’hypothalamus et l’hypophyse sont très sensibles aux conditions de vie et aux substances absorbées.  Par exemple, l’alcool diminue la synthèse de FSH et donc diminue la fabrication des spermatozoïdes, et augmente le nombre de spermatozoïdes anormaux. Le tabac diminue le nombre et la mobilité des spermatozoïdes, et provoque une augmentation significatives(+ 250%) des lésions  de l’ADN des spermatozoïdes. Ceci pouvant entrainer une infertilité ou des malformations chez le bébé. 

Le rôle de l’hypophyse dans la sexualité féminine

Le lobe postérieur de l’hypophyse, comme chez l’homme, produit de l’ocytocine qui permet de maintenir un lien social et affectif dans le couple et avec les enfants. Chez la femme, l’ocytocine agit sur l’utérus en créant les contractions lors de l’orgasme et l’accouchement. C’est aussi cette hormone qui permet l’émission de lait lorsque le bébé tête. L’ocytocine est donc produite en grande quantité pendant tout l’allaitement favorisant la confiance et la relation mère-bébé et diminuant le stress de la maman.

Le lobe antérieur quand à lui fabrique : 

  • la FSH qui permet le développement du follicule contenant l’ovule ;
  • la LH qui va déclencher l’ovulation ;

Contrairement à l’homme, ces hormones ne sont pas produite tous les jours, mais seulement à certaines moments du cycle et permet la production des autres hormones sexuelles féminines : les œstrogènes et la progestérone.

schéma régulation hypophyse hypothalamus gnrh retrocontrole lh fsh follicules corps jaune œstrogènes progestérone endomètre utérus ovule

Il produit aussi de la prolactine qui permet la lactation et donc l’allaitement. Il est intéressant de noter que quand le taux de prolactine augmente, la FSH diminue et donc il y a blocage de l’ovulation. Sur cette constatation, il existe une « méthode » d’espacement naturel des naissances, la méthode MAMA.

Lire aussi  Physiologie de l'homme et de la femme

Le système de rétrocontrôle est le même que pour l’homme. L’hypothalamus analyse les taux d’hormones circulant dans le sang. Il prend notamment en compte :

  • certains signaux nerveux des autres régions cérébrales : les émotions, les facteurs environnementaux comme la lumière, le stress,…
  • les signaux hormonaux envoyés par les ovaires et les autres glandes, qui sont transportés par le sang.

Ainsi, quand les taux d’oestrogènes et de progestérone sont élevés dans le sang, l’hypothalamus supprime la production de FSH et de LH par l’hypophyse, et inversement, quand les taux d’hormones ovariennes sont bas, FSH et LH augmentent. 

Pour être informés de la sortie des prochains article, inscrivez-vous gratuitement au site

Inscrivez-vous au blog

Pour recevoir dans votre boite mail des conseils pour parler d’amour et de sexualité à vos enfants

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *