Aller au contenu
Partagez

Malgré la facilité d’accès aux informations aujourd’hui, beaucoup de mythes et de fausses idées circulent encore autour du cycle féminin et des règles, aussi bien chez les jeunes filles que les femmes. Ne parlons même pas des hommes ! 

Alors, qu’en est-il réellement ? Comment se déroule le cycle féminin ? 

Avant de lire la suite de l’article, relisez l’article décrivant les différentes partie de l’appareil génital féminin, cela vous permettra d’avoir une meilleur compréhension. 

À venir : le cycle féminin expliqué en vidéo

Le chef d’orchestre du cycle féminin est le cerveau et plus spécifiquement la glande pituitaire appellée aussi hypophyse. C’est dans le cerveau que commence la puberté et que l’ordre de produire les hormones sexuelles est donné et c’est aussi de là que commence chaque nouveau cycle. 

La première phase du cycle : la phase folliculaire

  1. Au début du cycle, le corps est au repos, c’est à dire qu’il n’y a quasiment pas d’hormones sexuelles dans le sang, pas de progestérone et peu d’oestrogènes.
  2. Voyant cela, l’hypophyse va alors sécréter une hormone pour que le cycle se mette en marche. C’est la FSH : Hormone qui stimule les follicules.
  3. Cette hormone agit sur les ovaires qui, en réponse, commencent à faire mûrir des follicules qui contiennent les ovules. De 20 à 25 follicules sont alors sélectionnés pour se développer. Certains deviennent plus gros plus rapidement que les autres mais un seul arrivera à maturité et libérera l’ovule.
  4. En parallèle, du murissement des follicules, les ovaires fabriquent des oestrogènes. 
  5. Les oestrogènes agissent alors sur le col de l’utérus. Lorsque le corps est au repos, il est obstrué par un bouchon de glaire. Sous l’influence des oestrogènes, ce bouchon se dissout, le col se libère et de la glaire fertile coule jusqu’à la vulve.

    => Le rôle du col de l’utérus et de la glaire cervicale
  6. D’autre part, les oestrogènes vont également stimuler la muqueuse interne de l’utérus, l’endomètre qui se vascularise et s’épaissit pour se préparer à accueillir un bébé éventuel. Cela forme comme un nid douillet où pourra venir se loger l’embryon. 
  7. L’hypophyse dans le cerveau reçoit aussi de son côté les œstrogènes et gère ainsi la quantité qui circule dans le sang par un système rétro-controle en émettant plus ou moins de FSH.
  8. Lorsque les niveaux d’oestrogènes sont assez hauts, l’hypophyse comprend alors que c’est le moment de déclencher l’ovulation. Il produit une nouvelle hormone LH : Hormone lutéinisante.
  9. Le follicule le plus gros qui est arrivé à maturité va alors relâcher un ovule ainsi que des nutriments et ils seront aspiré par la trompe de Fallope la plus proche.
  10. Dès le moment où l’ovule est sorti, le follicule se transforme en corps jaune qui va fabriquer la progestérone et aussi un peu d’œstrogènes.
  11. La progestérone agit à son tour sur le col de l’utérus qui va alors produire une glaire plus épaisse et former à nouveau un bouchon au bout de quelques heures (3 jours au maximum). La glaire devient donc imperméable aux spermatozoïdes. 
  12. En même temps, la progestérone active les poches de Shaw située en bas du vagin, qui vont assécher la glaire fertile et les sécrétion vaginales.
  13. La progestérone agit aussi sur l’endomètre qui s’épaissit un peu plus.
  14. Enfin, la progestérone va jusqu’à l’hypophyse qui en réponse augmente la température du corps ce qui crée un effet couveuse pour accueillir le bébé.
Lire aussi  L’hormone de la masculinité : la testostérone

Cette première phase jusqu’à l’ovulation s’appelle la phase folliculaire. Elle est variable non seulement d’une femme à l’autre mais aussi pour une même femme en fonction de son mode de vie et de sa situation. Par exemple, le stress peut influencer la sécrétion de FSH et d’oestrogènes, de même l’allaitement et la sécrétion de prolactine allonge la phase folliculaire, certains médicaments influencent aussi la production des hormones, …

La deuxième phase : la phase lutéale

Une fois que l’ovulation a eu lieu, la femme entre dans la seconde phase de son cycle, la phase lutéale. La durée de cette phase, lorsqu’il n’y a pas eu de fécondation, dépend de la durée de vie du corps jaune qui varie entre 11 et 16 jours. Cette durée varie d’une femme à l’autre mais généralement cette durée est toujours la même pour une même femme. Ainsi si une femme suit ses cycles et repère son ovulation, elle peut savoir combien de jours plus tard elle aura ses règles. 

Suite du cycle Sans fécondation

  1. Au bout de 24h après l’ovulation, s’il n’y a pas eu fécondation, c’est à dire pénétration d’un spermatozoïde dans l’ovule, l’ovule se désagrège. 
  2. Le corps jaune continue de produire des hormones pendant toute sa durée de vie, et au bout des quelques jours, il commence à se dégrader et arrête de produire de la progestérone ainsi que des œstrogènes.
  3. Ce déficit d’hormones sexuelles remonte au cerveau, à l’hypophyse, qui comprend qu’il n’y a pas eu de fécondation. À son tour, il arrête toute production d’hormones sexuelles. Cela va provoquer la désagrégation de l’endomètre puis son évacuation : ce sont les règles. 
  4. L’appareil génital se trouve ainsi à nouveau au repos et prêt pour un nouveau cycle de la vie. 

Suite du cycle avec fécondation

  1. S’il y a eu une union sexuelle avant l’ovulation, les spermatozoïdes ont pu remonter jusqu’au col grace à la présence de glaire fertile. Cette glaire permet de neutraliser l’acidité du vagin et permet aux spermatozoïdes d’avancer rapidement. Là, ils resteront jusqu’à l’ovulation et seront nourris par des nutriments se trouvant dans la glaire. Ils peuvent vivre dans le col grace à la glaire pendant une semaine.
  2. Au moment de l’ovulation, les cryptes du col de l’utérus s’ouvrent et les spermatozoïdes qui y était peuvent remonter dans l’utérus, puis dans les trompes jusqu’à l’ovule. 
  3. Un spermatozoïde va alors pouvoir pénétrer dans l’ovule. Leurs deux noyaux vont alors fusionner et cela va donner un nouvel être humain.
  4. Lors de la libération de l’ovule ont aussi étaient libérés des nutriments pour environ une semaine pour nourrir l’œuf fécondé jusqu’à son implantation dans l’utérus. Ainsi, l’embryon a une semaine pour aller de la trompe à l’utérus grâce aux cils vibratiles qui sont comme un tapis roulant et aux contractions de la trompe.
  5. Au bout de cette semaine, l’embryon vient se loger dans l’utérus, il s’accroche à l’endomètre, c’est la nidation. Une fois installé, l’embryon produit une nouvelle hormone qui va jusqu’au cerveau pour l’informer de sa présence, c’est l’hormone HCG. C’est elle qui est contrôlée dans la prise de sang pour savoir si la femme est enceinte.  Cette hormone arrive aussi jusqu’au corps jaune. Il reçoit ainsi l’ordre de ne pas se désagrèger et de continuer de produire de la progestérone afin que la grossesse puisse se poursuivre.
  6. Les semaine passent et l’embryon grossit. Le taux de HCG augmente tandis que des cellules se séparent de l’embryon pour former une couche protectrice autour de lui : c’est la poche amniotique et le placenta . Il devient foetus. Au quatrième mois de grossesse, le placenta est entièrement fonctionnel. C’est alors lui qui produit les hormones nécessaire au maintien de la grossesse, notamment la progestérone. Le corps jaune peut alors se désagréger.

    À venir : de la fécondation à la naissance : les stade de développement du bébé
  7. Au bout d’environ 9 mois, le bébé produit une nouvelle hormone pour dire qu’il est près à sortir. L’utérus se contracte alors sous l’effet de l’ocytocine et le bébé pourra descendre dans le vagin qui va se distendre. C’est la naissance !
Lire aussi  Les signes de la puberté chez le garçon

À venir : comment se passe un accouchement

Après l’accouchement, le corps retrouvera au fur et à mesure son état initial et les cycles pourront reprendre. Ce temps dépendra notamment de l’allaitement et varie énormément d’une femme à l’autre (entre 2 mois et 3 ans).

Tout le cycle décrit ci-dessus a lieu de la puberté jusqu’à la ménopause qui a lieu entre 45 et 55 ans, moment où tous les follicules ont tous été sélectionnés et où les ovaires ne sont plus capables de produire des œstrogène. À partir de là, le corps de la femme sera en permanence en état de repos, il n’y aura plus de progestérone et un taux minimal d’œstrogènes sera maintenu par les autres organes qui en produisent ( reins, foie, tissus adipeux,…). La femme ne pourra plus accueillir d’enfants en son sein. 

Si le sujet vous intéresse, vous pouvez visionner la vidéo ci-dessous qui en parle très positivement

Pour être informé de la parution des nouveaux articles, inscrivez-vous au site

Inscrivez-vous au blog

Pour recevoir dans votre boite mail des conseils pour parler d’amour et de sexualité à vos enfants

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *