Aller au contenu
Partagez

Qu’est-ce que la glaire cervicale ?

La glaire cervicale est un ensemble de sécrétions produites par le col de l’utérus de la puberté à la ménopause. La glaire est le signe de la fertilité de la femme, c’est sur son observation que sont basées la majorité des méthode de régulation naturelle des naissances. Elles sont produites dans les cryptes du col de l’utérus, c’est à dire les plis de la muqueuse du col qui peuvent être plus ou moins profonds en fonction du moment du cycle.

Le GPS(L) des spermatozoïdes

La glaire cervicale est composée de 4 types de glaires qui sont produites les unes après les autres au cours de cycle féminin. Chaque glaire a une structure et un rôle spécifique et essentiel pour la fertilité de la femme.

La glaire G : la Glue

Avant la période fertile, lors de la phase folliculaire, la glaire G est comme une glue qui ferme complètement le col. Elle présente un maillage serré de filaments qui forme une protection hermétique empêchant le passage des spermatozoïdes et des bactéries dans l’utérus. Elle joue un rôle important dans la lutte contre les infections car cette glaire est aussi riche en cellules qui font partie du système immunitaire. 

On trouve deux variations de glaire G. La glaire G- qui est produite avant la phase fertile et qui présente un maillage plus lâche que la glaire G+ qui se développe après l’ovulation sous l’action de la progestérone.

Les glaires P, S et L

Lorsque la femme entre dans la phase fertile, les ovaires commencent à produire des œstrogènes.

Ces derniers agissent sur le col qui produit successivement :

  • Une très faible quantité de glaire P qui liquéfie le bouchon de glaire G- et qui provoque sa dégradation.
  • La glaire L qu’on pourrait appeler le videur de boîte de nuit. Elle trie les spermatozoïde à l’entrée de l’utérus. Elle produite sur toute la hauteur du col dans les cryptes et est maillée de telle sorte qu’elle sélectionne les spermatozoïdes. Ainsi, 10 à 20% de spermatozoïdes anormaux, comme ceux qui ont deux têtes, deux flagelles, etc sont détruits car ils restent prisonniers de la trame qui les empêche de passer dans l’utérus. Elle soutient aussi les glaires S et P qui ne peuvent pas fonctionner sans présence de glaire L. 
  • La glaire S est  le centre de remise en forme , le  spa. Produite dans la moitié supérieure du col de l’utérus, dans les cryptes S, elle protège les spermatozoïdes de l’acidité du vagin où ils meurent en quelques heures, les transporte, les stocke et les nourrit. Ainsi dorloter, les spermatozoïdes peuvent vivre de 3 à 5 jours, et à de très rares exceptions jusqu’à 7 jours.
  • La glaire P est  l’autoroute à spermatozoïdes . Elle est produite tout en haut, dans les cryptes P qui sont ouvertes seulement 36h avant l’ovulation. C’est la glaire de sommet, c’est à dire du moment du cycle le plus important : l’ovulation. Elle est très lubrifiante malgrè sa très faible quantité , de 4 à 8 % du total de la glaire.  L’effet liquéfiant de la glaire P dissout les filaments L et S, de sorte que le symptôme du sommet donne une sensation de grande lubrification à la vulve. La glaire P ouvre aussi les cryptes S libérant les spermatozoïdes et les transporte dans l’utérus.  Les spermatozoïdes atteignent ainsi les trompes en environ une demi-heure. Mais, cette glaire a un autre rôle essentiel, elle rend les spermatozoïdes fécondants. Cela s’appelle la capacitation. Si les spermatozoïdes ne passent pas dans la glaire P, ils ne peuvent pas pénétrer l’ovule.
  • Juste après l’ovulation, sous l’influence de la progestérone, la glaire G+ est produite dans les cryptes G, en bas du col reforme la barrière hermétique. Cette glaire G va obstruer complètement le col en 3 jours.
Lire aussi  3 autres hormones de la sexualité

Remarques importantes

1. La femme est fertile dès l’apparition de la glaire P, car la glaire S peut être présente dès le 1er jour de glaire P.

2. À la puberté, la glaire G est produite en faible quantité, le col n’est pas complètement fermé. La femme est donc très fertile et l’utérus est perméable aux infections. Aussi, le système immunitaire local est immature et l’adolescente plus vulnérable aux infections sexuellement transmissibles.

3. Plus une femme avance en âge, plus elle produit de glaire G et moins elle produit de glaire P,S et L. C’est pourquoi sa fertilité diminue. Cependant, dans les suites d’une grossesse, la glaire S reste à un niveau élevé plus longtemps et chaque fois qu’une femme accouche, son col « rajeunit » et maintient un bon niveau de prodution de glaire P,S et L. 

4. Le col de l’utérus est fragile et sensible aux conditions de vie.

Par exemple, la consommation de cigarettes réduit la fertilité en diminuant la synthèse d’oestrogènes. De plus, la cotinine associée à la nicotine altère la glaire. La cotinine est l’hormone qui permet à l’organisme de métabolisé la nicotine, elle est donc présente aussi en cas de tabagisme passif. Enfin, fumer augmente le risque de cancer du col de l’utérus .

D’autres part, beaucoup de médicaments entraînent des modifications de la glaire. Par exemple, les fluidifiants bronchiques entraine une augmentation de la glaire cervicale. Aussi, en cas de contraception hormonale, le col se met au repos et « vieillit » 2 fois plus vite que la normale. Celui induit une augmentation de la glaire G et une diminution des glaires S et L.

L’alimentation joue aussi un rôle très important sur la production de la glaire. Par exemple, les laitages influencent la production de glaire.

Lire aussi  Les signes de la puberté chez le garçon

Enfin, les conditions de vie et environnementale ne sont pas à négliger pour une bonne fertilité. Le stress et la production d’adrénaline induit une forte diminution de la production de glaire et donc de la fertilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *