Aller au contenu
Partagez

S’il est facile en tant que parents de parler d’amour et de sexualité aux enfants car il n’ont pas encore de tabous, cela se complique beaucoup à la prime adolescence, à partir de 11-12 ans chez les filles et 12-14 ans chez les garçons. C’est le moment où ils entrent dans la puberté. 

Les jeunes veulent vivre le grand Amour

adolescentes amour

Les jeunes sont assoiffés de vérité concernant l’amour et ils veulent des réponses. Comme Dieu l’a inscrit dans leurs cœurs, tous les jeunes pensent que l’Amour est la condition du Bonheur. Mais aujourd’hui, l’amour n’a plus le sens noble qu’il avait autrefois, c’est-à-dire un amour fidèle et qui dure toute la vie. Et pourtant, cela reste le rêve intime de chacun. Ils se rendent bien compte que le vrai amour est différent de la pure physiologie. Et pourtant, ce que le le monde nous fait croire aujourd’hui c’est qu’on peut dissocier le physique et les émotions. Ils sont donc perdus et veulent être rassurés. 

Si vous ne leur avez pas parlé d’amour et de sexualité lors de leur enfance, les jeunes vont penser que ce sujet n’est pas abordable avec vous et chercher leurs réponses ailleurs. Globalement, on peut considérer que si on n’a jamais parler de sexualité à son enfant à 14 ans, il a sûrement appris des choses par lui-même, notamment sur internet, par ses pairs ou par quelqu’un d’autre. 

Pourquoi devient-il impossible pour les parents de parler de sexualité à leurs enfants à l’adolescence ?

adolescents groupe

À la prime adolescence, les jeunes ont tendance à se regrouper entre personnes de même sexe et de même âge et commencent à avoir leurs secrets. Peu importe la nature de ce secret qui peut tout simplement être une collection de timbre ou un journal intime. Ce qui compte surtout pour eux, c’est que les parents ne doivent pas avoir accès à ce jardin secret. L’enfant qui grandit a besoin de cet espace personnel. En effet, à ce moment-là, l’enfant ne fait pas encore la différence entre le domaine secret et le domaine privé. Les secrets sont du domaine de ce qui doit être caché et sont souvent liés à la peur et l’anxiété par rapport à la divulgation, tandis que le privé implique une zone de confort sans le risque d’y voir entrer des indésirables. Mais, il apprendra car sa personnalité est en construction. 

Jusqu’alors, l’égo parental et les valeurs parentales ont été acceptées plus ou moins facilement, mais, maintenant l’enfant doit lui-même découvrir qui il est en profondeur. Cependant, la pensée à cet âge reste encore très concrète, l’enfant n’arrive pas encore à penser en concept ou à avoir une vision globale des choses. Il a du mal à mettre des nuances, pour lui tout est soit noir soit blanc. Il commence donc souvent à adopter des valeurs diamétralement opposées à celle de ses parents. Par exemple, si la famille est pieuse, il y a des chances pour que l’enfant rejette totalement la religion ou adopte une autre religion. De même, si la famille a des heures de repas réguliers, les enfants se rebellent en arrivant en retard. Ceci est valable pour à peu près tout, petites comme grandes choses. 

Lire aussi  3 notions essentielles à transmettre aux enfants de 3 à 5 ans

Accompagner les changements à l’adolescence

En parallèle, c’est le moment où les hormones sexuelles font leurs apparitions créant de nouvelles sensations et émotions. C’est le début des fantasmes ou des pensées sexuelles aussi bien pour les filles que les garçons. 

Il est important alors que les mères fasse attention à ne pas se montrer nue devant leur fils car il est très difficile pour eux de garder le contrôle. Dans l’esprit du petit garçon, sa maman n’est pas une femme et c’est à ses dépends que l’adolescence prend conscience de cette réalité. Ceci entraine beaucoup de culpabilité. L’adolescent a alors du mal a donner ou recevoir des moments de tendresse avec sa mère. Les mères doivent l’accepter avec humilité et comprendre que si leurs fils sont parfois abruptes dans leurs paroles ou gestes, c’est leur façon de se protéger, de maitriser leurs sentiments et leur colère vis à vis d’eux même.

Le rôle alors pour le père est d’expliquer à son fils qu’il devient un homme. Dans toutes les cultures, il y a des cérémonies ou des passages initiatiques pour marquer cet évènement. Il est donc important pour le père (ou un homme de confiance) de récréer ce passage, par exemple en emmenant son fils boire une bière. Ce sera l’occasion de lui expliquer ce qu’est le désir sexuel et les pulsions et surtout comment y résister ! Discuter de cela va beaucoup aider le garçon qui se découvre et qui trouvera beaucoup de fierté à avoir su partager avec son père ses nouvelles sensations. Et cela, même s’il comprend qu’il n’y a pas de recette miracle pour passer cette période difficile. Juste le fait de savoir que son père a vécu la même chose, lui donnera le courage d’avancer. 

D’un autre côté, la jeune fille voit ses désirs sexuels se tourner vers son père, inconsciemment bien sûr. Elle pense par exemple qu’elle comprends mieux son père que ne le fait sa mère et cela peut créer du ressentiment envers elle. De même, la mère voit sa fille devenir femme avec la fraicheur et la beauté qu’elle a peut-être elle-même perdu et cela peut aussi créer du ressentiment. Et, même si ce n’est pas le cas, la jeune fille peut imaginer que sa mère est envieuse. La relation mère-fille peut alors devenir compliquée. 

Lire aussi  Conseils aux parents et témoignage de Pauline et Denis

Quand les signes extérieures de la puberté apparaissent chez la fille, c’est cette fois à la mère de lui parler, par exemple de l’apparition prochaine de ses règles si elle ne l’a pas encore fait. Là encore, il faut récréer un passage initiatique pour admettre sa fille dans le cercle des femmes. Ainsi, la relation mère-fille passera à un autre niveau et ne restera pas aux ressentiments de l’une et de l’autre.

Symboliquement depuis toujours, c’est à la mère de donner la permission à sa fille de vivre une sexualité active. Cela se traduisait à l’époque par la remise du trousseau de mariage. Aujourd’hui malheureusement, cela se manifeste par une visite chez le gynécologue et la prescription de la pilule et cela bien avant le mariage ! 

La juste distance

Ainsi, au début de l’adolescence, les garçons comme les filles ont besoin de prendre de la distance avec leurs parents. Et discuter de la sexualité et des relations avec l’autre sexe devient quasiment impossible car cela pourrait être trop intense pour l’adolescent.

Même si les parents disent des paroles justes et mesurée, les adolescents semblent sourds parce qu’il est trop difficile pour eux d’engager leur imagination sur des évènements qui ont trait à leur propre conception. Ceci relève de cette distinction entre privé et secret qui n’est pas encore acquise.

Il est connu de tous que les parents ont (ou du moins ont eu) des relations sexuelles, leurs enfants étant la preuve. Néanmoins, il faut faire attention à ne pas donner de détails et encore moins parler de ses problèmes sexuels à ses enfants. 

Mais dans le monde actuel, des difficultés viennent s’ajouter. À la mi-adolescence (quand ce n’est pas plus tôt), en France et dans les pays occidentaux en général, les « petits couples » sont devenus une norme au sein des groupes et ont une importance plus importante que les prescriptions parentales. Souvent, les parents ne sont même pas au courant que leurs enfants ont un « copain » ou une «copine » et encore moins qu’ils ont des relations sexuelles tant ces couples sont éphémères. 

Ainsi, comme à cet âge le jeune ne peut pas entendre ses parents sur ces sujets, il est important pour pouvoir se tourner vers quelqu’un de confiance. Ce n’est que plus tard lorsqu’ils auront un peu muri que les adolescents se sentiront assez à l’aise pour venir « tester » leurs connaissances avec leurs parents, à condition que ce ne soit pas un sujet tabou. Ce sera alors le moment pour les parents de communiquer ce qu’ils attendent de la conduite de leur enfant et de leur rappeler leurs valeurs. 

C’est à ce moment là que vous pouvez faire un atelier Cycloshow ou parcours xy ou bien les envoyer faire un parcours TeenSTAR !

Les adolescents sont en train de se créer une image plus justes de leurs parents qui étaient auparavant vus comme parfaits et les relations doivent se réajuster. 

Pour aller plus loin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *