Aller au contenu
Partagez

Dis maman, comment on fait les bébés ?

enfant bébé chou

Vous connaissez probablement, ces histoires racontant que les garçons naissent dans les choux et les filles dans des roses ou bien encore que ce sont les cigognes qui emmènent les bébés chez leurs parents. Il y a aussi la version plus proche de la réalité où le papa donne une petite graine à la maman qui fait pousser un bébé dans son ventre…

C’est leur commencement !

On pourrait le résumer ainsi “Il était une fois un homme et une femme qui s’aimaient très fort…” Car, voilà le plus important : l’Amour des parents au point de s’ouvrir à la vie et d’accueillir un enfant. En effet lorsqu’un petit enfant demandent “D’où viennent les bébés ? Comment on fait un bébé ?”, ce n’est pas tant pour connaitre les détails techniques de la conception que pour avoir la réponse à “D’où est-ce que je viens ?”.

Ces histoires, en donnant une explication parfois loufoque, servent avant tout à assurer l’enfant de l’amour de ses parents et lui donne une sécurité affective pour grandir et pour se construire. Les enfants ont besoin de savoir et de comprendre d’où ils viennent dès le plus jeune âge.

Qu’est-ce qui a changé depuis 68 ?

La société a profondément changé à cause de la Révolution sexuelle.

Si vous voulez en savoir plus, voici une conférence très intéressante de Marion Sigaud qui explique la genèse de cette révolution sexuelle ainsi que ces implications sur la société actuelle. Attention, cette conférence est pour un public averti, les sujets abordés sont parfois très crus.

Avant cela, la “technique” se découvrait tranquillement en couple. En effet, pendant des générations et même des siècles, la sexualité et l’amour étaient des sujets intimes ne relevant que de la sphère privée. La transmission se faisait plus ou moins naturellement de mère ( ou femmes de la famille) à fille et de père (ou hommes de la famille) à fils. Tout ceci fonctionnait car la famille était appuyée par une organisation de la société chrétienne permettant des relations de couples stables et durables tourné vers le bien commun et vers Dieu. Aucunement besoin alors de discours publics sur la sexualité et encore moins sur les déviances. Celles-ci étaient sciemment cachées pour ne pas inciter à la perversion et exciter la curiosité de ceux qui auraient des penchants pour ces vices.

Lire aussi  12 marches pour apprendre à aimer

Et puis en quelques années, il y a eu un changement total de paradigme.

D’une part, les fondements de la famille, du couple et de la sexualité ont été complètement bouleversés. La chasteté, la pureté, la virginité avant le mariage sont aujourd’hui ridiculisés, quand ce n’est pas le mariage lui-même. Le divorce est banal et banalisé, on est aujourd’hui à 1,8 mariage pour 1 divorce ! Et l’avortement est devenu monnaie courante.

D’autre part, la sexualité est devenue omniprésente : publicités, télévisions, séries et films, livres, réseaux sociaux et on en parle même à l’école…

Si vos enfants vont à l’école, particulièrement à l’école publique, voici un article qui dénonce avec virulence ce qui est enseigné à vos enfants lors des cours d’éducations sexuelles qui relèvent en réalité de cours à la sexualité.

Alors, à moins que vous ne viviez complètement reclus, vos enfants sont ou seront confrontés à ces problèmes qui fragilisent leur construction. À chaque fois qu’un enfant rencontre un ami dont les parents ont divorcé, un doute s’insinue dans son esprit : “Est-ce que mes parents aussi vont se quitter ?” “Si les parents peuvent ne plus s’aimer et se quitter, est-ce qu’ils peuvent aussi ne plus m’aimer et m’abandonner ?”. À chaque fois qu’un enfant voit des images avec des femmes à moitié nues et dans des poses lascives, ce qui s’imprime dans son esprit c’est que cela est normal.

Comment aider les enfants dans un tel monde ?

Il devient primordial que les parents reprennent en main leur rôle d’éducateurs et particulièrement autour de la sexualité.

enfant maman livre

Certains hésitent à parler de sexualité à leurs petits enfants pour préserver l’innocence ? C’est noble, mais il faut se rendre à l’évidence leur innocence et leur pureté est déjà menacée !

Dans un monde idéal, il n’y aurait effectivement pas besoin de parler de sexualité aux enfants, il y a 100 ans d’ailleurs, on n’en parlait que peu. Mais, aujourd’hui, il faut que les parents devancent ce à quoi les enfants vont être confrontés car, par leur amour naturel et bienveillant pour leurs enfants, ils sont les mieux placés pour les préparer et les rassurer.

Lire aussi  Les signes de la puberté chez le garçon

Et comme le résume très bien le professeur Joyeux dans son livre “Amour et sexualité: Parlez-en tôt pour protéger vos enfants” : “Mieux vaut 15 minutes trop tôt que 5 minutes trop tard !”

Cependant, il ne s’agit pas de faire peur en listant ce que ne va pas, mais de montrer la beauté de la sexualité et que son but est noble s’il est lié à l’amour et au don de soi. Il s’agit aussi de préserver leur pureté en les faisant grandir dans la vertu de chasteté. Ainsi si les enfants sont confrontés à des horreurs, ils les reconnaitront comme telles et s’en détourneront. Aussi, si le dialogue a bien été établi sur le sujet depuis qu’ils sont petits, ils se sentiront aussi très libres de vous confier leur dégoût et tout cela créera la confiance nécessaires pour continuer d’en discuter lorsqu’ils grandiront et lorsqu’ils seront adolescents.

Il est d’ailleurs à noter qu’avant 9 ou 10 ans, les enfants n’ont pas vraiment de notion de pudeur. Le dialogue est donc facile, ils n’ont pas encore de sujets tabous. C’est notre regard d’adulte qui posent les tabous.

Rétablir le dialogue lorsque l’enfant est adolescent

Même s’il est vrai qu’il y a de grande chance que votre adolescent ait déjà découvert beaucoup de choses, il n’est pas trop tard pour renouer le dialogue sur ce sujet.

Cependant, avant de prendre votre enfant entre quatre z’yeux et de lui demander ce qu’il sait ou ne sait pas et qu’il devrait savoir, demandez-vous pourquoi vous n’en avez pas encore parlé. La réponse à cette question est essentielle car elle peut mettre en avant des peurs et des blessures qui vont rendre la discussion autour de la sexualité très compliquée. Il est donc important de faire une introspection et relire votre propre histoire.

D’autre part, Il faut être bien conscient qu’il est plus difficile d’aborder ces thèmes lorsque l’enfant est déjà pubère. Il vous faudra probablement vous tourner vers une autre personne de confiance pour que votre enfant soit à l’écoute.

Si votre enfant a moins de 14 ans, profitez du cycloshow ou des parcours xy pour aborder la sexualité sereinement au cours d’un atelier père/fils ou mère/fille. Et, si votre enfant et plus âgé, tournez-vous vers TeenStar qui propose des parcours d’éducation affective et sexuelle non mixte sur l’année et dont un des enjeux est de garder le dialogue entre l’enfant et ses parents.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *