Aller au contenu
Partagez

Entre 12 et 18 ans, les adolescents commencent à développer leur réflexion, leur libre arbitre et commencent à élaborer des théories et comprendre des concepts de plus en plus abstraits. En parallèle, il développent aussi leur intelligence relationnelle et appréhendent de mieux en mieux les finesses des interactions humaines. Vous verrez probablement vos enfants commencer à faire de l’humour subtile ou bien à parler dans un langage qui vous est inaccessible et qu’il se sont inventées entre eux. Tout cela est très bénéfique pour leur développement.

Les différences entre filles et garçons

Côté psychologie, la majorité des filles s’intéresseront à des histoires où les relations humaines sont complexes, souvent des histoires d’amour. Il est important de garder un œil vigilant sur leurs lectures ou ce qu’elles regardent pour qu’elles gardent une vision juste des relations homme/femme et ne fantasment pas sur un homme imaginaire.

Ainsi, les histoires qui font fureur telles « 50 nuances de grey » ou « After » sont absolument à proscrire, non seulement parce que ces romans sont érotiques, mais parce qu’ils donnent aux filles une mauvaise idée de ce qu’est un homme. Dans ces histoires, les héros masculins sont sombres, manipulateurs et mystérieux. Et nombreuses sont les histoires pour jeunes filles où les héros masculins sont trop éloignés de la réalité ( trop beaux, trop riches, trop parfaits…), sans parler des histoires qui vont manifestement contre la foi catholique (sorcières, féminisme, théorie du genre…) . À cet âge, les filles peuvent se perdre facilement dans leurs rêves, il faudra bien veiller à les ramener régulièrement à la réalité. Dans la mesure du possible essayez de lire (au moins le résumer détaillé) de ce qu’elles lisent ou visionne de façon à pouvoir toujours en discuter avec elles. 

D’autres part, méfiez-vous grandement des réseaux sociaux, car les filles ayant besoin de contact plus réguliers avec leurs amis, pourront vite y passer des heures avec les conséquences néfastes qui en découlent.

Article à venir : les dangers des réseaux sociaux. 

De leur côté, les garçons à cause de leur trop plein de testostérone, auront besoin de se dépenser. Et avec leurs changements psychologiques, ils auront un sentiment d’invulnérabilité et pourront prendre des risques inconsidérés. Ils pourront avoir tendance à se lancer des défis dangereux. Leur donner un cadre pour faire ces expériences sera bénéfique pour eux, leur permettre de vivre leur besoin de dépassement tout en sécurisant l’environnement. Père, votre présence est nécessaire pour canaliser toute cette énergie, profitez de leur besoin de bouger pour faire du sport avec eux, sortir en plein air, essayer de nouvelles expériences. 

Lire aussi  Le cycle féminin expliqué aux garçons

Ce sentiment d’invulnérabilité pourra aussi apparaitre chez les filles mais de manière plus subtile. Se laissant prendre à leurs émotions et le désir d’être aimée, elles peuvent céder plus facilement aux pressions pour avoir des relations sexuelles et, quand bien même elles savent qu’elles peuvent tomber enceinte, elles pourront se persuader que cela n’arrive qu’aux autres. 

Pour les garçons, le danger principal se trouvera au niveau des jeux vidéos. Comme les filles, ils peuvent se perdre dans un monde virtuel où tout est facile et où les victoires s’enchainent avec des récompenses immédiates. Le deuxième danger qui est immédiatement lié à l’usage des écrans est la pornographie, fléau pour les jeunes hommes. Un usage raisonnable et toujours surpervisé des écrans est essentiel.

Article à venir : La pornographie, comment protéger ses enfants ?

Diviser pour mieux régner

Aussi, en grandissant les adolescents commenceront à prendre conscience des limites de leurs parents. Ils pourront alors se montrer très fort au jeu de « diviser pour mieux régner ». Ils sauront ainsi s’adresser au parent le plus enclin à leur donner l’autorisation qu’il souhaitent. Les parents se doivent donc de rester fermes et surtout de garder un front uni car la moindre faille sera exploitée. Les limites pourront et devront s’agrandir au fur et à mesure que le jeune montre qu’il est responsable et digne de confiance, ou au contraire se rapprocher s’il est allé trop loin. Mais pour cela, il faut que les limites soit clairement établies, les jeunes ont besoin de ce cadre sécurisant pour mûrir. Ils auront aussi besoin de se confronter à vous pour pouvoir se connaitre et ils dépasseront parfois les limites, mais ils le feront en conscience en sachant qu’ils sont en tord. Vous devrez alors leur faire sentir les conséquences de cette désobéissance par des punition concrètes. Le cerveau n’est complètement formé qu’après les vingtaine, avant cela, les adolescents continuent en grande partie à penser en terme concret.

La fable personnelle

Enfin en entrant en puberté, l’adolescent se recentre sur lui-même.  Il commence à avoir ses secrets, son monde, essaye de se distinguer de ses frères et sœurs et de ses parents. Ils attacheront plus d’importance aux opinions de leurs pairs que vous, ses parents. Mais pire, ils testeront leur parents en permanence, affirmant parfois le contraire de ce qu’ils avaient dit parfois quelques minutes plus tôt.

Lire aussi  Parler de sexualité à ses enfants dès le plus jeune âge

Aussi, si avant la puberté, votre enfant pouvait se montrer généreux et prêt à faire des efforts et des sacrifices pour les autres, cela peut changer avec l’adolescence. Il est à ce qu’on appelle le stade de la fable personnelle. Sans en prendre conscience, il est au centre de l’univers et le monde tourne autour de lui. Ainsi, tout se qui lui arrive est extrêmement important et passe avant le reste ; et, tout se qui ne se passe pas comme il l’a imaginé est forcément dirigé contre lui et est injuste. C’est le moment de lui faire développer son empathie, de le faire se rendre compte de ce que vivent les autres. S’il a de petits frères et petites sœurs, notamment encore en bas âge, ce sera un avantage car il verra concrètement que les besoins d’un petit enfant passent avant ses besoins et il sera naturellement recadré. Notez tout de même que cela ne se fera pas sans difficultés ! D’autre part, ses amitiés pourront beaucoup l’aider car cherchant à appartenir à un groupe, il devra apprendre à se soucier de ce que les autres ressentent. 

Une étape difficile mais passagère

En conclusion, pour passer cette difficile étape de d’adolescence, il s’agit de faire des allées retours incessants entre fermeté et dialogue. Souvent, une fois que l’adolescent aura testé toutes les limites, il reviendra plus ou moins aux valeurs parentales, non pas par obéissance comme lorsqu’il était plus petit, mais parce qu’il aura intégré et compris ces valeurs. 

Ainsi, il n’est pas étonnant que pendant cette période, l’enfant se questionne sur la foi et la religion. Ne le laissez pas seul face à toutes ces questions. Si vous n’êtes pas capables d’y répondre ou qu’il ne veut pas en parler avec vous, mettez-le dans des groupes ou en contact avec des prêtres ou religieux qui seront capables de l’aider. Ces lieux auront aussi l’avantage, s’il s’y fait des amis, de le faire appartenir à un groupe qui l’élèveront. 

Pour aller plus loin voici une série d’articles :

Article à venir : parler de sexualité à ses adolescents de 14 à 18 ans

Pour être informés de la parution des prochains articles, inscrivez-vous.

Inscrivez-vous au blog

Pour recevoir dans votre boite mail des conseils pour parler d’amour et de sexualité à vos enfants

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *