Aller au contenu
Partagez

L’entrée en adolescence, le corps change. 

Entre 10 et 14 ans, l’enfant grandit et peu à peu, ses hormones sexuelles entrent en action. Il change, entre dans l’adolescence et commence sa puberté.

L’apparition de la pudeur

Vous verrez alors votre fille vouloir absolument aller dans la cabine d’essayage même pour n’essayer une veste ; vous verrez votre fils s’enfermer dans la salle de bain à clé pour se laver alors qu’avant il était capable de se déshabiller dans le couloir si vous ne lui faisiez pas remarquer. 

Surtout ne vous moquez pas d’eux, ne dites pas non plus des phrases comme « je t’ai vu depuis que tu es tout petit, tu n’as rien à me cacher ! ». Votre enfant grandit, il prend conscience que son corps est précieux et c’est avec humilité et bienveillance qu’il faut accueillir ce moment en tant que parent. 

C’est un moment très important pour le développement de l’enfant. Il faut être très sensible à ce changement de comportement et être délicat car, à cause de la pudeur, l’enfant devient plus secret et ne viendra plus aussi facilement de lui-même pour vous parler. 

Ce sera alors à vous d’aller le voir régulièrement lors de moments intimes en tête à tête pour pouvoir discuter avec lui de ce qu’il ressent et de ces questionnements, non seulement sur la sexualité et les relations filles/garçons mais parfois simplement pour savoir ce qu’il vit à l’école, ce qu’il aime lire ou faire,… 

Un trajet en voiture tous les deux est un moment idéal pour cela car, comme vous êtes focalisé sur la route, l’enfant se sentira plus libre de vous parler car vous ne le regarderai pas directement dans les yeux. Vous pouvez aussi de temps en temps passer un moment le soir avec lui avant de se coucher. L’ambiance nocturne et le temps calme avant le nuit est très propice au coeur à coeur. 

L’accompagner dans ses décisions

Même si vous avez une très bonne communication avec votre enfant et qu’il est simple de discuter avec lui, il n’est pas encore le temps de le laisser seul, livré à lui-même, en comptant sur le fait qu’il viendra à vous en cas de problème. Son cerveau n’est pas encore assez mature pour prendre des décisions importantes car il n’a pas encore la capacité d’anticipation suffisante pour comprendre les effets à long terme d’une décision ou comprendre la nocivité possible de certaines activités. Vous devez donc l’accompagner dans ses décisions : dans les importantes comme son orientation scolaire mais aussi dans les plus petites comme le choix de ses divertissements. 

Ainsi, le choix des amis, des lieux de vacances, des camps,… doit toujours se faire sous votre supervision, plus ou moins ouverte en fonction du caractère de votre enfant. Mais là encore, rappelons-le, malgré toute la vigilance, aucun cadre ni aucune activité ne protège votre enfant à 100%, dès que l’enfant est en contact avec d’autres personnes, il peut y avoir des discussions ou même des images ou des films qui vont circuler, à l’insu des organisateurs ou des responsables. 

Les vacances ou les camps loin sans les parents

Avant d’envoyer votre jeune plusieurs jours loin de chez vous, il est important que vous l’ayez mis en garde contre les mauvais comportements possibles des autres : grossièretés, images obscènes, discussions inappropriées… L’éducation à pureté doit rester au centre de vos préoccupations. Répétez toujours et encore ce que vous lui avez déjà dit : il faut qu’il comprenne que si quelque chose le choque, il doit trouver la force de s’en détourner, de partir, de ne pas écouter ou regarder et même mieux de le dire à un adulte. Tous ces sujets sont intimes et importants, il ne faut donc pas en parler avec d’autres enfants mais en priorité à vous ses parents. Ne dites pas cela sous forme de sermon mais de conseils et surtout ouvrez bien la porte pour que l’enfant se sentent à l’aise de venir vous en parler. 

De votre côté, il vous faudra aussi avoir le courage de parler aux responsables du camps en cas de problème. Soyez délicat avec votre enfant car cette situation peut le mettre très mal à l’aise, confiez votre acte à l’Esprit Saint pour qu’il vous guide et notamment pour savoir si vous devez mettre votre enfant au courant de ce choix. Mais, il est essentiel que vous agissiez car il s’agit non seulement du bien de votre enfant mais aussi celui de toute le groupe, de façon à ce que cela ne se reproduise pas. Enfin, dites-vous que si vous ne montrez pas à votre enfant comment faire le bien, il n’aura pas le courage de le faire plus tard.

Lire aussi  3 notions essentielles à transmettre aux enfants de 3 à 5 ans

Comme les garçons et les filles ne grandissent plus de la même manière, le meilleur moyen de préserver le rythme de chacun et de leur permettre de développer au mieux leur potentiel est d’éviter de mélanger filles et garçons, d’autant plus la nuit. 

Enfin, rappelez à votre enfant que quoiqu’il voit, dise ou fasse, vous l’aimez et Dieu aussi. Sa miséricorde est infinie et peu importe la profondeur du trou dans lequel on tombe, la montagne du Dieu est toujours plus haute ! Ce sera aussi le moment de rappelez la beauté de la confession. 

La suite de cet article n’est accessible qu’aux abonnés

Une éducation différenciée pour les filles et les garçons

L’intervention de la mère pour parler des filles aux garçons ou du père pour parler des garçons aux filles peut compléter mais ne doit pas être le centre. Par contre, la présence bienveillance et solide du parent de l’autre sexe est importante pour avoir le modèle stable de ce qu’est un homme et une femme adulte. 

Dans tous les cas, réjouissez-vous car tous les changements physiques et psychologiques qui surviennent sont nécessaires pour devenir adulte. Le but de ces transformations est d’être pret à donner et accueillir la vie, et ce doit être une source de joie et une bonne nouvelle ! 

Enfin, comme dit dans l’article précédent, si vous avez donné les informations au bon moment, votre adolescent sait maintenant (ou saura prochainement) en quoi consiste mécaniquement une relation sexuelle et comment se passe la procréation. 

Pour les filles 

Souvent, les filles ont été plus attentives aux changements qui viendront dans leur corps. Vous pouvez en prévision du grand jour où elles auront leurs premières règles, leur offrir une jolie trousse de toilette avec un essentiel : une jolie culotte, une serviette hygiénique ou une culotte menstruelle, des lingettes,… 

 Si vous n’êtes pas très à l’aise ou que vous voulez avoir un cadre rassurant pour aborder ces sujets, vous pouvez faire avec elle un atelier Cycloshow avec votre fille. 

Mais, il est important que ces discussion n’aient pas lieu une seule et unique fois. Il faudra continuer d’en parler régulièrement avec elles. 

Les filles vivent dans un monde paradoxal. D’un côté, avec l’adolescence, elles deviennent sensibles à leur corps et à l’image qu’elle donne d’elle-même mais d’un autre côté, elles voudront probablement être à la mode qui tend aujourd’hui plus à montrer qu’à cacher le corps de la femme. Votre présence devient essentielle lors de l’achat des vêtements, c’est à vous de leur faire prendre conscience de l’image qu’elles projètent. Entre 10 et 14 ans, ce ne sont encore que de petites filles mais dans un corps qui devient celui d’une femme. Respectez et faite leur respecter cette progression, elles n’ont pas encore à s’habiller ou se maquiller comme des femmes. Cependant, c’est aussi le moment de faire évoluer leur garde-robe pour qu’elle devienne adaptée à leur corps changeant, les jupes courtes et autres vêtements acceptables pour une fille pré-pubère sont donc à enlever de ses placards. 

Voici un article qui peut vous guider pour les tenues de vos filles

Il devient aussi important de surveiller la façon dont votre fille se tient car une pose qui est négligée pour une petite fille devient vite lascive pour une adolescente. 

Il vous faudra alors revenir à la source de tout cela : Dieu et l’Amour. Vous pourrez alors expliquer avec simplicité qu’il est normal de passer par le corps pour montrer que l’on s’aime parce que les mots ne peuvent suffire. Par exemple, il est normal qu’une mère qui embrasse sa fille ou des frères ou des soeurs qui s’enlacent . Ainsi, lorsqu’on veut montrer son amour à la personne à qui on a choisi de donner sa vie, il a un geste d’amour plus grand que les autres : la relation sexuelle. 

Valorisez-les, complimentez-les mais soyez aussi là pour leur faire remarquer lorsque leurs tenues ou comportement sont indécents. Et si besoin, parlez-leur de vos propres combats. À cet age, les enfants prennent conscience que leurs parents ne sont pas parfaits et leur faire découvrir comment vous surmontez vos faiblesses crée une réelle admiration. Enfin, gardez bien en tête que si ce n’est pas vous, leurs pères, qu’elles admirent et prennent pour modèle, ce sera un autre, probablement un garçon de leurs fréquentations ou bien une célébrité !

Lire aussi  Les signes de la puberté chez le garçon

Pour les garçons

Comme dit dans cet article, il vous faudra repérer ce moment où les garçons basculent dans l’adolescence avec notamment l’apparition de la pudeur. Celle-ci ainsi que les changements de comportements seront le signe qu’ils auront prochainement leur première éjaculation nocturne. Ce moment est important à repérer car certains sujets ne pourront être entendus et compris par les garçons que le jour où il auront passé cette étape car ils pourront alors sentir dans leur chair l’influence de la testostérone. Et, une fois de plus, accueillez cette nouveauté avec joie car cette première éjaculation signifie que son corps fonctionne ! 

Les garçons sont généralement plus pudiques que les filles et la mode masculine aussi, l’intervention sur ces points sera donc moins exigeante que pour les filles. Mais la mode évolue si vite qu’il faut rester attentif !

Il faudra poser des mots justes sur le plaisir car ils comprendront dans leur chair que la sexualité est source de plaisir. Il faudra ainsi rétablir la raison première de ce plaisir : Dieu nous a donné le plus grand plaisir pour la plus grande et belle chose : la pro-création ! Ce plaisir doit donc être tourné vers le don de soi. En effet, comme sa conséquence immédiate peut être la création d’une nouvelle vie, il est nécessaire qu’il soit canalisé.

Si vous êtes seules, il vous faudra trouver un homme de confiance pour guider votre fils et l’aider. 

Les relations avec l’autre sexe

Entre 10 et 14 ans, les différences de développement entre les filles et les garçons seront plus que jamais éloignées. Ce n’est que vers la fin du collège que les groupes de filles et de garçons recommenceront à se mélanger volontairement. Ceci est tout à fait normal !

Les filles ayant commencé leur puberté avant les garçons, semblent plus matures qu’eux. Elles sont souvent plus grandes que les garçons qui ne sont encore des enfants. Leurs sujets de préoccupations, leurs centres d’intérêt et leurs activités sont naturellement différents. 

Il est aussi important qu’il n’y ait pas de petits couples. Les enfants sont beaucoup beaucoup trop jeunes pour avoir ces préoccupations d’adultes. Ils doivent avant tout se construire avant de s’inquiéter d’être en couple. Ceci pourra être un vrai défi car la pression d’avoir « un copain » ou « une copine » aujourd’hui est grande chez les jeunes. C’est pourquoi, la non-mixité est une aide précieuse car elle limite les tentations. 

Ces amitiés sont importantes dans la formation du jeune et sont à valoriser. Mais là encore, le monde actuel peut pousser à l’homosexualité. Parents, veillez à rassurer vos enfants sur la relation avec cet ami. Cette relation peut être très forte et donner l’impression d’être amoureux et c’est normal. Ce sera le moment de lui parler des gestes amoureux, ces gestes que l’on réserve à une personne avec qui on veut s’engager et qui permettent par le corps d’exprimer son amour. Ces gestes non pas lieu d’être dans une relation amicale car ils engagent et font basculer l’amitié à une relation plus intime. Il est important que le jeune comprenne qu’il est encore trop jeune pour s’engager (s’enfermer) dans une relation.

Enfin, en fonction de la maturité de votre enfant et de ces questions, vous pourrez parler de la notion de responsabilité et de la différence entre « pouvoir » physique et « pouvoir » moral abordées dans l’article précédent. 

Vous pourrez aussi commencer à aborder la notion de liberté, ce mot étant très mal compris aujourd’hui. La liberté n’est pas de pouvoir faire ce que je veux quand je veux, mais de pouvoir choisir ce qui est bon pour moi. 

Une phase sensible du développement de l’enfant

Tout cela dit, il est aussi bon de rappeler que cette phase du développement de l’enfant est la plus sensible et la plus difficile pour la discussion autour de ces sujets, surtout avec ses parents

Mais soyez rassuré, une fois lancés, vous verrez que ce n’est pas si difficile car si vous parlez en présence de l’Esprit Saint, il n’y a rien que vous pourrez dire qui traumatisera vos enfants, le pire, au contraire, serait de se taire.  

La vie est belle, la sexualité est belle, le corps humain est beau, le plaisir fait parti de notre humanité et de ce que nous offre le Seigneur. Soyez heureux que le Bon Dieu nous ait donné tout cela , prenez votre rôle de parents à bras le corps et apprenez à vos enfants la beauté de la vie.

Pour être informés de la parution des prochains articles, inscrivez-vous gratuitement à SEPPALE

Inscrivez-vous au blog

Pour recevoir dans votre boite mail des conseils pour parler d’amour et de sexualité à vos enfants

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *